Music on Mars

Le propos

L’exploration spatiale peut-elle ouvrir de nouveaux territoires musicaux ? Le cosmos exerce-t-il encore une attraction sur les compositeurs ? Oui, sans doute, si on dépasse notre vieille lune muette qui ne fait plus rêver : une vraie planète vierge, haute en couleurs et surtout forte en acoustique nous attend, Mars !

Dans l’espace de Mars on s’entend jouer. Sur Mars il y a quatre saisons, des températures agréables en certains sites (22°), un vrai ciel avec de beaux matins couleur rouille, des années à rallonge (686 jours), deux petits satellites étrangement bosselés et surtout… une atmosphère. Grâce à cette dernière, la planète Mars possède une acoustique réelle ! Certes le son se propage sensiblement en dessous des niveaux terrestres- à moins 40 décibels – mais dans ce gaz fin et vaporeux résonne un environnement de désert magique : infrasons telluriques et vents sifflants, crépitements de glace en dilatation et depuis quelques années, en certain sites, murmures des Rover roulant cahin-caha en solitaire. D’ici une génération des groupes humains vont commencer à s’installer (missions NASA et ESA). Ils poseront bien sûr des micros – après avoir vainement en 1999 tenté d’en larguer un (Mars Polar Lander).

L’objectif du projet MoM est de commencer à composer aujourd’hui la playlist des musiques à écouter demain,là-bas, dans l’air reconstitué de la base martienne ou sous le casque d’exploration lors des ballades de découverte.
Bien sûr, les astronautes décolleront de Terre avec Bach et Dylan dans la sacoche, plus quelques nouveautés, mais il est probable qu’à l’arrivée, neuf mois plus tard et si loin de chez soi à des centaines de millions de kilomètres, ils aient soif d’autres harmonies, d’autres tempi et de nouvelles textures pour vivre et s’accorder au terrain.

A nouvel espace, nouveaux modes d’écoute et sans doute, nouvelles musiques.

Can space exploration open new musical territories? Does the cosmos still exercise an attraction on composers?
Yes, no doubt, for if we go further than our old speechless moon, ???? (that) no longer able ( ??) to make us dream, a true virgin planet, amboyant and acoustically far richer, lies waiting for us… Mars !.
In the space of Mars you can hear yourself play. Mars has four seasons, an pleasant climate in certain places (22º), a real sky with rust-colored dawns, extendable years (686 days), two little strangely indented satellites, but more particularly an atmosphere.
Thanks to the latter, Mars has a real acoustics ! Of course, sound propagates itself far beneath Earth levels – at less than 40 decibels – but its ne, vaporous gas resonates in an environment of magic desert: telluric infrasound and hissing winds, the crackling of dilating ice, and for a few years now, on certain sites, the murmurs of lone Rovers advancing higgledy-piggledy.
In a generation from now, groups of humans are going to begin to settle there (NASA and ESA missions). They will of course set up microphones – after a vain attempt to release one in 1999 (Mars Polar Lander).
The aim of the MoM project is now to start composing a playlist of music for an audience of tomorrow, listening over there, in the reconstituted air of the Martian base, or in their space helmets when out on reconnaissance missions. Of course, astronauts will take o from Earth with Bach and Dylan, plus other new titles but nine months later and so far from home, a hundred millions kilometers away, they will probably be craving other harmonies, other tempi, new textures more in tune with life on the terrain. For a new space, new modes of listening and doubtlessly, new music.

Image